En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

Restitution du projet Auschwitz

Publié le jeudi 1 juin 2017 14:53 - Mis à jour le samedi 20 janvier 2018 09:08
auschwitz.png

De gauche à droite, Hervé Rusig,Geneviève Courtès, Gisèle Polya-Somogyi, la classe de Terminale ELEEC, Delphine Poques,Christophe Escartin (IEN), Charlotte Le Provost

Ce jeudi 1 juin, les élèves de Terminales ELEEC ont fait découvrir au public (élèves, parents, enseignants, intervenants, inspecteur, Mémorial de la Shoah…) la bande dessinée « Souviens-toi, du gers à Auschwitz » qu’ils ont réalisée ensemble avec leur professeur de lettres- histoire, Mme Poques. Ce projet qui a duré trois mois fut le fruit d’un travail passionnant et riche en émotions…

 Ce fut d’abord deux rencontres décisives avec deux historiennes de l’histoire de la Seconde guerre mondiale dans le gers : Gysèle Polya-Somogyi pour son livre  Enfants déportés, enfants sauvés. Les petits réfugiés juifs du Gers  et Geneviève Courtès pour Vichy et la jeunesse du Gers , deux rencontres étonnantes à travers les quelles les élèves ont pu retracer l’itinéraire d’enfants juifs déportés à Auschwitz, celui de Pierre Feigl, celui de Félicie, celui de Samuel, celui de Manfred ….

Ce fut l’étude de Maus, roman graphique de Art Spiegelman, en cours de français pour appréhender l’art de la bande dessinée, la richesse des possibilités de narration qu’offre ce support pour raconter l’indicible….

Ce fut ensuite ce voyage à Auschwitz, ce lieu immense, froid et incomparable dont seul le foulement  permet de rendre compte de l’ampleur du génocide, de l’industrie de mise à mort, du désastre que l’humanité peut s’infliger à elle-même. « Nous avons fait ce voyage à Auschwitz et, c’est là seulement que nous avons pu comprendre… Lire un livre ou un manuel, ce n’est pas pareil…Là sur le site, c’est l’émotion qui vous prend les tripes… Ce voyage, on ne peut le faire qu’une fois tellement, c’est dur » avaient concédé la plupart des élèves….

Ce fut enfin le devoir de mémoire, la trace que les élèves s’étaient juré de laisser pour tous les enfants gersois qui ont souffert, pour tous les hommes et femmes qu’on a froidement éxécutés, pour tous les rescapés qui ne pourront jamais oublier comme Ginette, cette ancienne déportée, encore là à Auschwitz pour expliquer aux jeunes la folie meurtrière des nazis, pour les autres aussi, les camarades du lycée, pour tous les jeunes, pour tous ceux qui hésitent, qui doutent, pour les négationnistes…

Ne pas oublier, nous aussi, laisser une trace. C’est Hervé Rusig, scénariste de bande dessinée, qui aura aidé les élèves dans la narration graphique. Sélectionner une anecdote, une tranche de vie dans le parcours des enfants juifs déportés, découper l’histoire en scènes puis en cases, dessiner, utiliser les logiciels photo-dessin, réaliser les bulles, les voix off… Créer une unité d’ensemble… Pour un résultat impressionnant de qualité, d’émotions, de graphisme…

Il est des souvenirs qui marquent une vie d'élève, il est des professeurs, des "éveilleurs" qui, en plus de leur art d'enseigner,aident les élèves à construire une vraie liberté... Ce moment à Auschwitz, cette empathie avec Mme Poques resteront certainement dans les mémoires...

Planche réalisée par Emma et Romain.

"Pierre Feigl"

"Il s'agit d'un moment que Pierre a vécu quand il avait 9 ans. Il assiste en cachette à l'entrée triomphale de Hitler et est subjugué par la beauté du défilé...Pour cette anecdote, nous avons choisi d'accentuer l'expression des visages, celui de Pierre, émerveillé et au contraire celui de sa mère, abasourdi..."

 

 

 

 

 

La BD est vendue au prix de 7 euros par la section Commerce. Bon de commande en fichier joint

Tous nos remerciements :

  • au Mémorial de la Shoah et plus particulièrement à Charlotte Le Provost  pour nous avoir permis de faire ce voyage d’études
  • à l’Académie de Toulouse et plus particulièrement à M. Escartin, Inspecteur de l'éducation nationale
  • à Ginette Kolinka, à Auschwitz, à Robert Carrière, au Musée de la Résistance et de la Déportation à Toulouse. Merci d’avoir eu le courage et la gentillesse de nous faire part de ce lourd témoignage.
  • à Gisèle Polya-Somogyi, à Geneviève Courtès, historiennes, pour être venues dans notre classe nous parler du sort des enfants juifs dans le gers.
  • Merci à Hervé Rusig, scénariste
  • Merci à la section commerce du lycée représentée par Mme Ferreira et M. Delamontagne qui ont avancé les fonds pour l’impression de la BD
  • Merci à Mme Poques, professeur qui a mené ce projet avec tant d’ardeur.
  • Merci à Mme Roldan, documentaliste.
Pièces jointes

À télécharger

 / 1